Résultats du premier tour à Montréal : le point de vue de Cyrille Giraud, EELV

Cyrille Giraud, militant du parti Europe Ecologie – Les Verts, très actif à Montréal pendant ce premier tour des présidentielles, suppléant de Corinne Narassiguin (PS) pour les législatives de 2012, commente les résultats du premier tour à Montréal.

QC2012 :  Eva Joly est en cinquième position à Montréal. Un beau résultat avec 7,34% des suffrages exprimés. Pour vous, qu’est-ce qui explique ce succès, relatif, mais tout de même succès, à Montréal ?

Cyrille Giraud : Les Français de l’étranger auront tout d’abord certainement été sensibles aux attaques xénophobes et intolérables portées contre Madame Joly. Ensuite j’ai souvent eu des retours positifs parmi ceux qui avaient pris la peine de s’attarder sur la teneur de son projet, notamment lorsque j’ai participé à des débats sur la présidentielle. Concernant Montréal, et plus généralement le Québec, la question de l’éthique est aussi très présente dans la vie politique, et cela a très certainement eu une résonance dans l’esprit des votants.

QC2012 : Au total à Montréal, la gauche fait 51,59% des suffrages exprimés. Là encore, c’est un beau succès qui illustre le passage de Montréal à Gauche lors d’une élection nationale, comme en 2007. Pendant cet entre-deux tour, allez-vous vous mobiliser pour que la gauche maintienne ses résultats et soit victorieuse ?

CG :  Je vais bien évidemment joindre mes forces pour que la Gauche l’emporte clairement à Montréal, pour une justice sociale, économique et environnementale.

QC2012 : Que pensez-vous des résultats globaux d’Eva Joly et de son score très bas de 2% ?

CG : C’est une grosse déception. Pour moi c’est le pire scénario qu’on pouvait avoir. Pourtant, Eva Joly n’a pas démérité dans sa campagne. Je pense qu’on n’a pas assez mis l’accent sur le programme, qui était une vraie valeur ajoutée pour la candidature EELV. Malheureusement la campagne dans son ensemble est trop restée dans les discours, les belles paroles et les attaques personnelles. La présidentielle reste un exercice difficile pour EELV mais il est loin de présager ce que seront les législatives. On est et on reste motivés.

About these ads

7 réflexions sur “Résultats du premier tour à Montréal : le point de vue de Cyrille Giraud, EELV

  1. Séverine Boitier dit :

    Eva Joly a été élue au sein d’EELV pour être la candidate pour les élections présidentielle, et tout le parti s’est uni derrière elle, ce qui est la ligne de conduite de tous les partis. si elle n’a pas démérité lors de sa campagne, à l’heure où l’emphase est mise sur la communication, était-ce réellement la meilleure candidate pour rassembler sous le drapeau vert ? Je pense notamment à Nicolas Hulot, très populaire auprès des français. Je conviens que cyrile Giraud n’est pas dans une position aisée pour répondre franchement à cette question, et si j’apprécierais quand bien même qu’il y réponde, je sollicite davantage les militants EELV qui ont fait le choix de voter ou non pour ce parti.

  2. Séverine Boitier dit :

    Cyrille Giraud écrit correctement, désolée pour cette faute d’orthographe et celles bien involontaires qui jalonnent ce commentaire écrit trop rapidement ! :-)

  3. Froehlich dit :

    Pour ma part je pense que le très bon résultat de Montréal est en grande partie du a la notoriété de Cyrille et de son grand réseau de contacts et d’amis. Un autre réprésentant des Verts aurait surement fait moins. Il a su en parler avec vérité et nous a convaincu. Eva joly avec son étiquette de juge d’instruction qui a fait tombé le patron dÉLF l’a désservi. Je suis entièrement d’accord avec Séverine, Nicolas Hulot aurait fait mieux. Je n’ai pas entendu de programme écologique pendant cette campagne. J’ai juste entendu hier soir que la gauche voulait fermer 27 réacteurs nucléaires et que Martine aubry a dit Non seulement un. Alors l’écologie est grandement absente des débats. a présent il reste une grande tribune les législatives pour en parler un peu plus, de tout parti confondu.

  4. En réponse à Séverine et Bernard, je ne renierais certainement pas le fait qu’Eva Joly était la candidate qu’il fallait: issue de la société civile, avec un style direct et bien loin de la langue de bois d’autre candidats, elle a bousculé les conventions avec des débats d’idées que certains n’ont pas voulu entendre en s’arrêtant sur son accent. L’élection présidentielle ne devrait pas être un concours de popularité comparable à l’audimat d’une chaîne de télé commerciale, et avec des "si", on peut tout réécrire.
    Pour moi c’était Eva, et je reste loyal envers elle sans hésiter, sans langue de bois.

  5. Aline dit :

    Eva Joly sortait trop du moule «Français de souche» pour être prise au sérieux : son accent, son vécu, son expérience internationale, ses références politiques (notamment celles à son autre patrie) auront sûrement paru bien plus exotiques aux Français de France qu’à ceux de l’étranger, davantage habitués à fréquenter des personnes de divers horizons. Elle ne parlait pas «comme il faut» de la laïcité, elle remettait en cause des symboles de la «grandeur» française (défilé, grandes écoles…) : non mais pour qui se prenait-elle donc celle-là?
    Ce qui aurait pu être son atout (un profil atypique allant de pair avec une carrière exemplaire) aura été son handicap. Je ne comprends pas complètement pourquoi les Français ont majoritairement donné leur voix à des politiciens endogames et vissés au pouvoir (ou dans ses coulisses en temps d’opposition) depuis des décennies : quel manque de fraîcheur (oui la fraîcheur n’est pas une question d’âge!), quel manque d’audace! C’est d’autant plus paradoxal que l’on critique souvent cette caste au pouvoir qui nous semble si lointaine, prompte à ne se rappeler au peuple qu’en période électorale.
    Eva Joly n’était probablement pas la plus écolo de son camp, elle y est venu tard, et elle le reconnaît. Mais elle était déjà pas mal plus sensible aux questions environnementales que ses adversaires politiques. Quant à Hulot, franchement… peut-être plus «populaire» mais si la politique devait se résumer à un concours de popularité, on se trouverait alors à peine plus haut que le niveau des pâquerettes.
    J’ai voté Eva Joly (surprise!), et je peux dire sans la moindre hésitation que je n’aurais certainement pas donné ma voix à Hulot.
    Les personnes de la trempe d’Eva Joly sont hélas trop rares. Et au-delà de l’écologie, je pense que les Français ont raté l’occasion de montrer qu’ils savaient reconnaître cette précieuse rareté. Tant pis pour nous.

  6. cygiraud dit :

    Entièrement d’accord Aline.

    J’ajoute d’ailleurs pour les adeptes de Monsieur Hulot que celui-ci, en mauvais perdant de la primaire, n’a jamais apporté un quelconque soutien à Eva Joly, ce qui me fait à la fois douter de ses convictions (souscrit-il réellement aux valeurs de gauche?) et de l’hypothèse qu’il aurait été un "meilleur candidat".

  7. C’est toute la question. EELV se positionne à gauche et voit dans les valeurs écologiques des valeurs de gauche. Ce qui n’est pas le point de vue de tout le monde et ce qu’il crée débat. A mon sens Nicolas Hulot veut une écologie présente dans le débat politique mais sans tendance. Il ne veut pas une écologie politique. C’est pour cela qu’il ne pouvait pas gagner les primaires d’EELV et qu’il ne pouvait pas agir ni s’intégrer dans ce parti.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: